Aller au contenu

Informations de la paroisse d’Ollioules.

Retrouvez ici les informations et des communications que notre curé veut porter à la connaissance de tous, ainsi que les événements à venir dans la paroisse Saint-Laurent d’Ollioules ou dans le diocèse de Fréjus-Toulon. Etant régulièrement actualisé, revenez souvent consulter cet article pour découvrir les dernières informations.

Informations paroissiales

  • A partir du week-end du du 4 et 5 juillet, l’horaire des messes dominicales est modifié:
    samedi: 18h30 (F)
    dimanche: 8h30 (F); 10h00(F); 11h30 (forme extraordinaire en latin FE).
  • Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie :
    messe anticipée : vendredi 14 août à 18h30,
    messes du jour : samedi 15 août à 8h30, 10h et 11h30(FE).
    La messe du samedi 15 août à 18h30 est la messe anticipée du 20ème dimanche du temps ordinaire.
  • Samedi 22 août : fête de Notre-Dame de Bonheur : messe à 9h00 à l’église Saint-Laurent (pas de messe à la chapelle de Faveyrolles).

 


Evènements

  • Invitation: du lundi 24 au samedi 29 août, nous ferons une partie du chemin de Saint-Jacques. Les intéressés peuvent contacter Christelle :  06 63 12 14 25.

 


Communications

  • Ménage de l’église:
    La paroisse a besoin  de bénévoles pour faire régulièrement le ménage de l’église. Ceux qui veulent se rendre disponibles peuvent  appeler Josiane:  06 62 90 24 45.
  • Sacrement de confirmation pour les adultes.
    Les adultes de la paroisse qui n’ont pas reçu le sacrement de confirmation et qui souhaitent le recevoir peuvent s’adresser au père José pour commencer un parcours de préparation.

Denier de l’Eglise

Chers paroissiens, chers Ollioulais,

Je voudrais vous dire à nouveau ma joie d’être le curé de la paroisse d’Ollioules. Malgré nos limites personnelles nous sommes heureux , avec mes frères, d’être au service de vous tous.
Nous essayons d’être le plus possible disponibles : les portes de notre église sont grandes ouvertes toute la journée pour que chacun de vous se sente chez soi.
Nous sommes présents au quotidien dans les moments les plus importants de votre vie : baptême, mariage, maladie, vieillesse, obsèques, catéchisme, fêtes de Noël et de Pâques, bénédiction des maison etc…
Nous essayons également de participer à la vie communale et culturelle, notamment par notre présence aux cérémonies patriotiques, aux activités associatives…
Ce message est une occasion pour vous de nous aider financièrement à continuer notre mission parmi vous.
Les prêtres consacrent toute leur vie au service du peuple de Dieu, à l’exemple du Christ. Marqués par son amour, ils veulent en être les témoins. C’est pourquoi ils se donnent généreusement dans le célibat consacré : tout disponibles pour vous, leur mission est de vous « montrer le chemin du Ciel ».
Mais les prêtres, comme vous, ont des besoins matériels : ils se logent, se déplacent, se nourrissent, se soignent. Comme chacun ils ont besoin d’argent pour mener une vie normale et assurer leur mission à votre service. Or cet argent ne provient que d’une source : la générosité régulière des fidèles tout au long de l’année. Envoyés auprès de vous par notre évêque Monseigneur Dominique Rey, il ne se passe pas un jour sans que les prêtres soient à vos côtés pour annoncer et vivre l’Evangile. Je vous demande donc d’entendre l’appel de l’Eglise pour ses prêtres : aidez-nous à poursuivre notre mission, donnez nous les moyens concrets de l’accomplir, aujourd’hui et demain !
Je vous remercie d’avance de votre générosité. comptez sur moi, comme sur mon frère, pour être toujours à votre service, en union avec le Christ.
Pourriez-vous cette année, effectuer un don même modeste, pour que l’Eglise poursuive sa mission à Ollioules ?

Pères José, Emmanuel et Javier Ansaldi.

 

La campagne pour le Denier de l’Eglise a déjà commencé.

Merci de participer généreusement à cette nécessité vitale.
Des enveloppes sont à votre disposition aux entrées de l’église.

Histoire du Denier de l’Eglise

Lors de la révolution française les biens de l’Eglise sont confisqués par l’état.
Par le concordat de 1801 signé avec Napoléon, le Pape Pie VII renonce à revendiquer les biens confisqués : ceux-ci n’appartiennent plus à l’Eglise, mais, en contrepartie, l’état s’engage à assurer « un traitement convenable aux évêques et aux curés » .
En 1905, la loi de séparation de l’Eglise et de l’état met fin à ce statut, l’Eglise est de nouveau spoliée et les prêtres perdent le salaire qui était versé par l’état (en compensation des confiscations de la révolution).
Il faudra attendre 1925 pour que de nouveaux statuts d’associations diocésaines soient proposés, en accord avec l’état français et le Vatican.

L’un des rôles essentiels de ces associations est de recueillir les fonds nécessaires pour la rémunération, le logement, la subsistance, les cotisations sociales et la formation des prêtres, puisque ceux-ci ne sont plus payés par l’état.
C’est ainsi qu’est né le denier de l’Eglise : il s’agit d’une contribution demandée à tous les catholiques : de leur seule générosité dépend la rémunération des prêtres.
Cependant, les diocèses n’emploient pas que des prêtres : à leurs côtés, quelques laïcs salariés contribuent au dynamisme de l’Eglise (accueil, secrétariat, comptabilité au niveau de l’évêché…)

Qui doit donner au denier de l’Eglise ?

Tous les catholiques sont tenus de participer au denier de l’Eglise : « Les fidèles sont tenus par l’obligation de subvenir au besoin de l’Eglise » nous rappelle le 5ème commandement de l’Eglise (Catéchisme de l’Eglise Catholique n°2043) à la suite de Saint Paul :
« Le Seigneur a prescrit que ceux qui annoncent l’Evangile vivent de l’Evangile » (I Cor. 9, 14).
C’est là une justice bien concrète qui doit être rendue.
Donner au Denier, c’est un devoir pour chaque catholique ; une façon de remercier pour ce qu’on a reçu ; un moyen de permettre que cela dure ; un coup de pouce à donner pour que la mission de l’Église se déploie auprès de tous !

Combien donner ?

Cela dépend de vos ressources et de vos besoins. Vous pouvez par exemple donner l’équivalent de 1% de vos revenus annuels ou bien 10% de vos impôts sur le revenu. Si vous êtes imposables, vous pouvez déduire 66% de votre don du montant de votre impôt : vous pouvez donc augmenter votre offrande en profitant de cet avantage.
Pour l’année 2016, le don moyen reçu a été de 252 € par an. Certains ont pris l’option de donner 1 € par jour (365 € par an), d’autres de donner 5 € par semaine (250 € par an).
Nous remercions les donateurs de leur générosité.
Le Denier, c’est vraiment vital pour l’Église ! Ne l’oubliez pas… Un grand merci !

 


  • La communion réparatrice des premiers samedis du mois
    * C’est au cours de l’apparition du 13 juillet 1917 que Notre-Dame de Fatima parla pour la première fois des premiers samedis du mois en révélant aux petits voyants : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. »
    * Conditions requises : durant cinq mois, le premier samedi, recevoir la sainte Communion, dire le chapelet, tenir compagnie quinze minutes à Notre-Dame en méditant les mystères du rosaire et se confesser en esprit de réparation. La confession peut se faire un autre jour, pourvu qu’on soit en état de grâce en recevant la Sainte Communion.
    * «Aux âmes qui chercheront à me faire réparation de cette manière, a dit Notre-Dame, je promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires au salut».

 

  • Aller à la messe pour ceux qui ne le peuvent pas :
    200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement. Parmi eux, certains vivent dans des régions sans prêtre, très isolées, d’autres sont emprisonnés, subissent des persécutions, des violences ou vivent dans un pays où la foi chrétienne est interdite… aujourd’hui, beaucoup de chrétiens n’ont pas la possibilité d’aller à la messe… allons à la messe pour ceux qui en sont empêchés.

 

  • Vigilance :
    A la suite des demandes de la préfecture du Var, relayées par l’évêché, les paroisses sont invitées à veiller à la sécurité des églises, spécialement lors des célébrations : contrôle visuel, signalement, repérage des véhicules en stationnement, vigilance sur les sacs et affaires abandonnées.
    Merci de votre vigilance.

 


Adoration Eucharistique les jeudis et les vendredis.

« Mon plus grand contentement est d’être devant le Saint-Sacrement ou mon cœur est comme dans son centre. »

Sainte Marguerite-Marie.

« demeurez ici et veillez avec moi »

(Mt. 26,38)

« Y a-t-il rien de plus admirable que ce sacrement ? Aucun sacrement ne produit des effets plus salutaires que celui-ci. »

Saint Thomas d’Aquin.

« L’Eglise et le monde ont un grand besoin de l’Adoration Eucharistique. Nous devons être généreux dans le temps réservé à la rencontre du Christ dans l’adoration et la contemplation, et pleins de foi être prompts à réparer pour les péchés du monde. Que votre adoration ne cesse jamais »

Saint Jean-Paul II.

Chaque visite, chaque instant passé devant le Saint-Sacrement en présence de Jésus pour l’adorer, le louer, le prier, le remercier dans le silence et l’oraison est un temps précieux de grâces pour toute âme, pour la fortifier, la consoler, l’élever et la sanctifier. Dieu répond toujours au centuple à notre amour car Il n’est qu’Amour infini et source de Vie. Laissons-nous enflammer de la présence réelle de Jésus, victime offerte pour notre salut. Il attend notre présence devant le tabernacle qui le retient là, prisonnier de Son Amour pour tous. Jésus nous y attend tous.

« L’Eglise et le monde ont un grand besoin de culte eucharistique. Jésus nous attend dans ce sacrement de l’amour. Ne refusons pas le temps pour aller Le rencontrer dans l’adoration, dans la contemplation pleine de foi et ouverte à réparer les fautes graves et les délits du monde. Que ne cesse jamais notre adoration. »

Saint Jean-Paul II (cité dans le CEC n°1380)

Je Vous adore profondément, divinité cachée, Vraiment présente sous ces apparences ; à Vous mon cœur se soumet tout entier parce qu’à Vous contempler, tout entier il défaille.

La vue, le goût, le toucher ne Vous atteignent pas : à ce qu’on entend dire seulement il faut se fier ; je crois tout ce qu’a dit le Fils de Dieu ; rien de plus vrai que cette parole de Vérité.

(Hymne début « Adoro Te devote »)

Nous t’adorons, ô vrai Corps du Seigneur, Corps qui es né de la Vierge Marie, Corps qui as vraiment souffert la Passion et as été immolé sur la Croix pour les hommes, Corps dont le côté transpercé a laissé s’écouler l’eau et le sang de la Vie, Corps vraiment ressuscité le troisième jour, Corps vraiment présent et véritablement livré pour nous en cette Eucharistie. Dans les combats de cette vie et à l’heure de notre mort, sois pour nous un avant goût du ciel ; ô Jésus, plein de bonté ; ô Jésus, plein de miséricorde ; ô Jésus, le Fils de Marie.

(Adaptation de l’Ave verum)

Quelques fruits de l’adoration Eucharistique :

  • La foi en la présence de Jésus dans le Saint-Sacrement.
  • Le désir de Dieu, l’Espérance.
  • Aide à mettre notre vie sous le regard de Dieu et à le rayonner.
  • Aide à discerner les appels du Seigneur, à orienter sa vie.
  • Aide à la guérison intérieure.
  • Réparation des offenses faites au Seigneur, spécialement celles à son Eucharistie.
  • Invite à faire connaître et aimer le Seigneur autour de nous.

Venons prier le Seigneur pour la Paix, la Mission, la Famille, les Vocations… Déposons devant Lui nos fardeaux, offrons Lui nos joies et nos peines…

 


 

L’Angélus

L’Angélus sonne de nouveau à L’église Saint Laurent d’Ollioules (7h30, 12h00, 19h30).

L’Angélus est une prière de l’Eglise qui commémore l’Incarnation du Fils de Dieu. Elle tire son nom de ses premiers mots : »Angelus Domini nuntiavit Mariae » (l’Ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie) .

Son origine remonte à la fin du XIème siècle et la prière se généralise en France au XVème siècle sous Louis XI.

En cette période de troubles en Orient, entendant l’Angélus sonner (3 fois 3 coups- pour 3 fois annonce/réponse/Je vous salue Marie- puis petite volée pour la prière finale), prions le pour nos frères chrétiens d’Orient.

Lire la prière.

Faire défiler vers le haut